Dorra Bouzid

Printer-friendly version

Les renseignements personnels

Titre: 
Journaliste, écrivaine et pharmacienne
Nom inversé: 
Bouzid Dorra
Année de naissance: 
1933

Informations de contact (privé)

Téléphone portable: 
(+216) 24 328 585
Adresse électronique personnelle: 
dobouzid@yahoo.fr

Éducation

Pharmacie et sérologie, Faculté de pharmacie de Paris, 1957.
Musique et chant, Conservatoire de Tunis, 1950.
Beaux Arts, Ecole des Beaux Arts, Tunis, 1950.
Danse classique et contemporaine

Domaines d'expertise

Arts/ Culture
Spectacles
Presse écrite/ Radio
Fondation de Magazines et de médias
Féminisme / Activisme
Langues: 
Français
Anglais
Latin
Arabe
Italien

Antécédents de travail

Pharmacie d'officine, 1969-2010.

Pharmacienne, Hôpital Habib Thameur, 1957-1971.

Journaliste, Jeune Afrique, 1955-1961 ; Faiza, 1959 – 1968 collaboration à 35 publications etc..

À titre honorifique et adhésions

Première jeune fille membre du Bureau de l’UGET clandestine (Union Générale des Etudiants Tunisiens).

Membre, L’UIJLPF (Union Internationale des Journalistes et de la Presse Francophone).

Membre, experte de la communication, Conseil National de la Femme.

Vice-présidente, Alliance des Femmes Communicatrices.

Membre, Association Tunisienne des Critiques de Cinéma (ATCC).

Membre, Association des Femmes Tunisiennes pour la Recherche et le Développement, AFTURD.

Productions

Publications Faits saillants: 

    Bouzid, D.(1995), Ecole de Tunis, un âge d'or de la peinture tunisienne, Un best Seller, Editions Alif.

Juin 2015 : Collaboration au livre de Abdelhamid Larguèche « Bourguiba le retour » (Editions Nirvana) avec sa communication au Colloque du 3 aout 2014 à Monastir du Laboratoire du Patrimoine de l’Université de la Manouba : « Bourguiba et la femme ».

Collaboration au 4ème tome (en Français) de la Collection des oeuvres complètes de Mahmoud Messadi, Ministère de la Culture, Editions Sud, 2001.

Projets:

Un livre sur son parcours et sa famille : Chérifa et Mahmoud Messadi
Un film sur « Messadi familier ».
Réédition de son œuvre : Ecole de Tunis, Faiza, et tous ses articles de 1955 à nos jours.

Principales réalisations: 

Elle est la première femme journaliste de Tunisie, pour avoir fondé la première presse féminine et féministe arabo-africaine : « Leila Vous Parle » (1955) dans L’Action, futur Jeune Afrique ; et « Faiza » (1959-1967) : le premier magazine féminin, qui a été diffusé dans tout le monde francophone et qui a eu un press-book international important dont l’Argus, le New York Times, la BBC, Noi Donne, Elle, Le Monde, les presses scandinaves et francophone etc. Faiza, entre autres, a toujours soutenu la Guerre d’Algérie en lui consacrant un reportage, à chaque numéro, avec la collaboration de l’ALN et du FLN.

Elle a aussi cofondé neuf organes de presse dont : L’Etudiant tunisien, Contact (1972), Hayet Ethaqafia (1975) (directrice artistique) ; Le Phare et le Farfelu (1979-88), rubriques Code Phare signées Leila ou DB ; Le magazine Femmes et Réalités (1998), dont elle a été dépossédée en 2006 pour divergences politiques.

Elle a également collaboré à 35 médias tels que : La Presse (1972 puis 1992-1996), Tunis Hebdo (1972-1996), Le Temps (2007-09), Le Maghreb, Echo-Remif (1997), Maroc Magazine (1973), etc.

Journaliste de combat et électron libre de la génération charnière de l’indépendance, elle a lutté comme ses parents, les Leaders Chérifa et Mahmoud Messadi, pour la libération (puis l’édification), de son pays, la libération de la Femme et de l’Esprit. Ce qui lui a valu, après la maladie de Bourguiba, comme tous les journalistes indépendants, d’être toujours inquiétée, interrogée, persécutée et chassée de nombreux médias par les Goebbels de l’information de Ben Ali.

Elle a toujours soutenu et répercuté les actions féministes de Bourguiba, auxquelles elle était toujours invitée. Elle suivait aussi Bourguiba dans ses voyages, dont celui au Moyen-Orient en 1966.

Apport bénévole au Festival International de Carthage (1975-1988.

Elle a créé le premier Bureau de Presse et le premier Journal du Festival (1975), établi les antennes TV et radio quotidiennes, organisé des expositions de mosaïques illuminées, etc.

Elle a fait projeter la Palme d’Or 1975 (12000 dinars de recettes), que lui a offert son réalisateur Lakhdhar Hamina en échange d’une décoration par Bourguiba à Monastir.

Elle a organisé plusieurs spectacles tunisiens et marocains (dont ceux de Taïeb Saddiki).

Elle a fondé la «Soirée des Ecoles de Danse» (classique, contemporaine et traditionnelle) (1976-1988) qui a formé la majorité des danseurs tunisiens, un public pour la danse et rapporté des recettes importantes.

-----------------------------------------------------------------------------------------------

Expositions, conférences, et Performances: 

2O14,à Fashion Wood,elle est interviewée par ELLE,VOGUE,GRAZIA,la Rai etc en tant que "Fondatrice du 1er magazine de mode et des premiers mannequins arabo-africains"

2013: Sortie, toujours avec standing ovations, du documentaire de Walid Tayaa (Nomadis Images) sur son parcours : "Dorra Bouzid, Une Tunisienne, un Combat", en Tunisie (Festivals et TV) et à Paris (Institut du Monde Arabe).

1999,elle organise à l'hotel Abu Nawess ,l'Exposition"Femmes dans les médias ",avec Conférence,pour l'Ambassade de l'Union Européenne.

A participé à un grand nombre de conférences et de séminaires en Tunisie et à l'étranger (Athènes en 1998 ; Le Caire (chez Nawel Saadaoui) en 1990, etc.), et à deux Sommets de la Francophonie à Brunswick et Beyrouth (1997-1998).

1978 : Elle organise et gagne avec Mhamed Ben Youssef, le directeur de Tunis-Hebdo le premier procès politique médiatique contre la suspension de Tunis Hebdo à cause de son article signé Feriel « Delenda est Carthago ». Cette suspension par Chedly Klibi inaugurait les premières censures dans les médias tunisiens.

Exposition sur la presse féminine de 1940 à 1998 au CREDIF avec Hommage, et à la maison de Culture Tahar Haddad, 1998.

Partenariats de Faïza : avec Elle (formation de stagiaires à Paris) ; avec Noi Donne (organisation de la partie arabe du séminaire de Syracuse) ; avec Palerme (impression du magazine par Télé Star, défilé de mode avec l’Agenzia di turismo di Palermo).

Prix ​​et distinctions

Distinctions: 

Elle est la première femme journaliste en Tunisie, pour avoir fondé la première presse féminine arabo-africaine : «Leila Vous Parle» de l'Action futur Jeune Afrique (1955-1961), et Faiza (1959 - 1967), le premier magazine féminin (francophone).

Première pharmacienne sérologue et d’officine.

Elle a écrit le premier livre référence sur la peinture tunisienne, Ecole de Tunis, best-seller, vendu en Tunisie et à L’Institut de Monde Arabe à Paris.

Conférence-Hommage pour le livre "Ecole de Tunis", de Frédéric Mitterrand à l'UNESCO, au Cercle de Minuit et Europe 1, en 1996 et hommage à l'IMA en 1997.

Extrait du discours de Frédéric Mitterrand : « Vous êtes l’une des grandes figures de La Tunisie, (…) vous avez consacré toute votre vie à une noble tâche : faire avancer la cause des femmes, contribuer à l’émancipation et au progrès en Tunisie, au Maghreb et en Afrique, dépasser les frontières et ouvrir les esprits. »

1967,Création pour "FAIZA" par Pierre Cardin,de la 1ére robe-fouta française ,sur le 1er mannequin de Tunisie institué par son magazine (Samia Mzali)

2014, à Bordeaux,le"Prix Etoile Solaire" ,décerné à la "Personne la plus vue sur le Web",lui est décerné avec un long Eloge explicatif , par le Jury Dordogne-Gironde.

Décoration: Officier des Arts et des Lettres, par Frédéric Mitterrand, Ministre Français de la Culture, 2010.

2003,Dorra BOUZID reçoit la Médaille à Toulouse-Forum des Arts et des Lettres:"Ils font Midi-Méditerrannée"-partagée avec Marthe Mercadier